• 1 commentaire

  • 1 commentaire
  • Non... aucune pirogue n'est passée au dessus de ma tête rassurez-vous... c'est hélas un peu plus terre à terre comme histoire!!

    Voilà 3 semaines de cela, la veille du fameux jour de la CAF, jour où tout est possible sauf accéder à un guichet de poste, jour à partir duquel 1000 et 1 vendeurs à brouette vous ramènent toute la ville et ses pervésions par grands sacs pas cher! pas cher!à votre porte!

    Et bien, cette veille-là ne fût pas comme les autres, une bande de lascars cagoulés en avaient décidés autrement et faute de s'attaquer à la pirogue contenant les précieuses prestations, ils s'en sont pris à notre trop rare relation postale au monde extérieur, à nos quelques cadeaux de Noël arrivés trop en avance, à nos colis estampilés "3suisses" , "vitrine magique" ou "amazon.fr"...

    Je n'y étais pas mais on m'a relaté ça... Les gars auraient interceptés LA pirogue hebdomadaire de la Poste là où le lit du fleuve devient plus étroit, ils étaient armés et auraient sommé tout un chacun de descendre immédiatement sur un banc de sable... Ce que tout à chacun firent avant de regarder leur pirogue filé au loin et ne plus jamais revenir!
    Une autre version, plus aventureuse, raconte que des coups de poings auraient été échangé...
    Seule certitude: on a pas eu de courrier cette semaine-là mais la Poste a tout de même honoré son service bancaire puisque l'argent ne voyage jamais par la pirogue postale!!! J'espère qu'ils s'en souviendront!!


    1 commentaire
  • Avant-hier, au journal régional, un récent acteur du paysage politiqueguyanais a dû présenter sa démission.

    Arrivé enGuyane depuis 3 ans, me semble, il avait participé à un débat télévisé lors des législatives, il représentait alors le MODEM. Tout métropolitain qu'il est, il avait montré, à mon humble avis, une connaissance et une analyse fine des dossiers spécifiques au département. Il restait sur un mode rationnel alors que les autres têtes de liste se montraient tout feu tout flamme. Cela dit... ayant une mémoire à court terme bien plus efficace que celle à long terme... je vais me contenter de vous faire savoir qu'enGuyane, il semble dangereux d'avoir un engagement politique car ce monsieur qui, vous l'aviez compris, m'avait fait bonne impression, a dû démissionner après avoir été mis en garde et avant de faire l'objet de persécutions professionnelles et familialles pour avoir un peu trop donner son avis sur tel ou tel autre.

    Je trouve ça DrAmAtIqUe et HoNtEuX pour laGuyane!!

    Vous pardonnerez mes imprécisions...mais la chose politique m'échappe le plus souvent et me passionne quelquefois


    votre commentaire
  • Même si je ne me suis pas sentie vieillir ces derniers jours, j'ai quand même franchi le cap et appliqué un peu de crème anti-rides autour de mes yeux...


    Et je trouve étonnant comme, malgré soi, on fait un bilan... allez, je le partage avec vous...
    Bon! Si l'on fait un bond en arrière :
    A 20 ans et même avant, je rêvais d'Afrique, je rêvais de voyage là où les gens semblent plus chaleureux, plus solidaires, où la qualité de la vie ne dépend pas seulement d'un pouvoir d'achat...j'avais des élans humanistes tout en étant profondément timide. J'me serais bien vu instit' au bout du monde!
    Je lisais les bouquins de ceux qui ont cherché à s'intégrer dans une autre culture, cette reine blanche en Afrique mais aussi Jéromine Pasteur ou encore les livres de ceux qui y ont toujours vécu... Amadou Kourouma m'avait ramené à une réalité plus douloureuse de ce continent idéalisé... je me suis intéressée aux Antilles...
    A 22 ans, dans les French Indies, trop utopiste pour accepter le système EDUCATION NATIONALE, j'ai fait faux-bond à mes engagements et lockes sur la tête, j'ai tenté d'être noire... j'ai tenté la philosophie rasta... La supercherie n'a pas duré... mon bronzage ne m'aura jamais faite africaine et je n'ai jamais réussi à ponctuer chacune de mes phrases d'un "Haïlé I, Sélassie I"... La philosophie de Jah s'imposant telle une doctrine... j'en ai fait fi!
    A 24 ans, lassée de chercher un contact mystique avec la nature entre 2 vendeuses de maillot de bain et l'hôtel Belle Anse, c'est le début de l'aventure Guyanaise. Ma fille m'a faite maman et ça c'est une longue histoire... encore sans bilan. Mais par ailleurs, l'opportunité de jouer à la maîtresse dans une classe unique au coeur des marais et me voilà engagée, jour, nuit et week-end dans le souci de transmettre le mieux possible des savoirs et des valeurs...
    A 27 ans, après être devenue biengré moi (néologisme de circonstance) maman célibataire, j'arrive 2ème au concours de recrutement des enseignants (humble avec l'âge??? du tout... pis ça servirait à quoi d'être 2ème si on peut pas le dire!!!). 2 mois de révision à la bougie car nous vivions dans un village sans eau ni électricité...
    A 30 ans, me v'là instit au bout du monde... L'Afrique? ben, j'ai toujours été nulle en géographie alors laissez-moi vous dire que malgré toutes les cartes, j'y suis et que j'y suis bien... S'il m'arrive de remettre en cause ce bonheur, c'est pasque, je ne suis pas toute seule et que je sais que ce n'était pas leur rêve... de me voir partir au bout du monde et pire, y rester... et que ce n'est peut-être pas non plus son rêve à elle... que d'être la seule petite blanche de l'école...
    A 30 ans, j'ai réalisé mon rêve, mes amis étaient là pour partager ce bonheur et des rêves, je m'en autorise encore plein d'autres... pasque si ça s'trouve, l'aventure ne fait que commencer...


    1 commentaire